Février à la ferme, avec Gwenaël

Portrait  Un an à la Ferme du Peuplier, S01E02!

Par Charline Cauchie, Février 2018

Que se passe-t-il en février à la Ferme du Peuplier de Grez-Doiceau? Le printemps approche, mais quand février n’est pas glacé, il est souvent humide. Que font les maraîchers en cette saison? Ils construisent? Ils récoltent? Ils battent la carte? Mettez votre écharpe, et en route pour le terrain!

Février, mois glagla ou trempette. On attend le printemps, on s’en rapproche… Mais l’hiver est toujours bien là. En plein coeur de la saison hivernale, l’exploitation tourne toujours un peu au ralenti, “Mais bientôt, on pourra refaire appel à quelques travailleurs supplémentaires”, sourit Gwenaël, qui ronge un peu son frein.

Mais, pour l’instant, l’hiver n’est pas fini et cause de gros retards dans les travaux entrepris à la ferme : “Avec la pluie et le gel, c’est difficile d’avancer dans les travaux d’agrandissement du hangar”, explique Gwenaël. Il avait décidé d’entamer ce chantier depuis un moment déjà : “Au départ, je pensais avoir suffisamment d’espace avec 100 m², mais j’avais largement sous-évalué !”.

Bienvenue à la ferme du peuplier

La Ferme en travaux

Le grand espace mi-bois mi-béton actuel abrite le bureau, les frigos, la zone de lavage des légumes et le stockage du matériel : “On est à l’étroit, mais à la fin du printemps, on aura repoussé les murs.” Gwenaël saute dans le trou au milieu du chantier : “Notre objectif ici est de faire une tranchée. Il permettra de récupérer l’eau qui a servi à laver les légumes. En fait, on lave avec l’eau du puits, que l’on traite et que l’on réutilise. On peut ainsi laver une tonne de carottes avec une consommation de quelques litres d’eau seulement.

“On est à l’étroit, mais à la fin du printemps, on aura repoussé les murs.”

Laver les légumes

Est-ce obligatoire pour les maraîchers de laver leurs légumes? “Ça dépend des grossistes et des clients, mais pour certains légumes, comme les poireaux, on le fait. Et le lavage des poireaux demande énormément d’eau. J’ai été voir en Flandre comment les producteurs se débrouillaient pour nettoyer les poireaux sans gaspiller et c’est de là que j’ai ramené cette technique.” Une technique de récupération d’eau qui n’est pas propre au bio : “C’est plutôt une histoire d’économie et… d’anticipation : l’eau sera bientôt une denrée rare qu’il sera peut-être un jour obligatoire de protéger beaucoup plus. Au total, à la Ferme du Peuplier, on utilisera beaucoup moins d’eau chaque année.”

En lavant lui-même ses produits, l’agriculteur récupère aussi de la terre et donc de la fertilité : “Si on lave ses légumes à la maison, c’est perdu pour les sols et ce n’est pas non plus bon pour les canalisations. Ici, l’eau traitée est réutilisée et le reste part en compost.” Voici donc une deuxième bonne raison pour le maraîcher de mettre au point le meilleur système possible. “On pourra voir les résultats et en reparler au printemps quand les travaux seront terminés”, se réjouit Gwenaël.

J’ai été voir en Flandre comment les producteurs se débrouillaient pour nettoyer les poireaux sans gaspiller et c’est de là que j’ai ramené cette technique.

D’ici là, et malgré le froid piquant, Gwenaël et son équipe suivent attentivement la pousse de ses premières gousses d’ail : “Il faut savoir que l’écrasante majorité de l’ail acheté en Belgique provient d’Espagne. Du coup, on est très fiers de pouvoir annoncer que l’on vendra bientôt de l’ail belge et bio !” Selon nos informations, cet ail à la belge sera une première dans les magasins bio chez nous. Le demi-hectare sur lequel pousse l’ail donne de bons résultats : “On va pouvoir récolter en mai-juin”, se réjouit le maraîcher.

Encore un mois de patience et l’activité de la Ferme du Peuplier reprendra en ampleur. “D’ici là, on se concentre sur la planification, on prépare le calendrier, les commandes, etc.” En attendant le retour des beaux jours, on se plonge dans les chiffres et les dates. Voilà comment on hiberne à la ferme !

Encore un mois de patience et l’activité de la Ferme du Peuplier reprendra en ampleur.


Recevoir le magazine

De färmidables nouvelles une fois par mois. Pas de harcèlement. Juste vous et nous.